Archives du mot-clé care

Le travail associatif : analyser le monde associatif… autrement

Maud Simonet et Matthieu Hély, sociologues, Paris Ouest Nanterre La Défense, IDHE.

Séance du 21 mai : « Le travail associatif : analyser le monde associatif… autrement »,

Texte support :

Enregistrement de la séance :

Le care comme point de vue, une perspective critique sur les rapports de domination.

Wassim El Golli, doctorant en sociologie (EHESS / Iris) et Delphine Moreau, doctorante (EHESS / GSPM).

Le mot care, traduit en français généralement par soin, attention, sollicitude, «concernement», est apparu dans le sillage de la deuxième vague du féminisme américain, à partir des travaux de la psychologue Carol Gilligan. La «voix différente» qu’elle développe est alors comprise comme la mise en question d’une éthique dominante qui se définit en termes de justice et d’universalisme, en faveur d’une éthique du care qui réhabilite l’attention portée à autrui et un certain raisonnement moral contextualisé et articulé à l’affect et non pas « émancipé » de lui.

Les théories du care portent sur la manière dont certains prennent soin d’autres et se soucient de leurs besoins, sur la dimension morale de ces tâches et sur le caractère injuste de leur distribution. Elles entendent tout à la fois mettre en lumière et réévaluer toute une série d’activités humaines ignorées, sous-estimées voire méprisées parce que privées, intimes, quotidiennes, banales, sans importance ou encore « sales »: soins aux enfants, aux malades, aux personnes dépendantes, mais aussi ménage, traitement des déchets – toutes activités nécessaires pour rendre notre monde vivable.

Prises en considération, ces activités se révèlent centrales et il apparaît que leur invisibilité, leur « discrétion », est aussi assignée à ceux, et souvent celles, femmes, étrangères, travailleurs des classes pauvres, qui les effectuent.

Cette séance sera plus précisément consacrée à une réflexion sur la force critique de la perspective du care et une discussion sur ses limites : en quoi permet-elle de renouveler tant l’analyse des relations sociales (et notamment la division sociale du travail) que la réflexion sur la justice ? De quelle dimension politique cet intérêt pour le souci et les activités de soin est-il porteur ?

Enregistrement audio de la séance :

Texte support

  • Nakano Glenn, E., 2009, « Le travail forcé : citoyenneté, obligation statutaire et assignation des femmes au care » , in Molinier P., Laugier S., Paperman P., Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Paris, « Petite Bibliothèque Payot », p.113-131.
  • Nakano Glenn, E., 2000, « Creating A Caring Society » , in Contemporary Sociology, Vol. 29, No. 1, « Utopian Visions: Engaged Sociologies for the 21st Century » , Jan., p. 84-94.

Bibliographie

  • Paperman, P., Laugier, S. (dir.), 2005, Le souci des autres. Éthique et politique du care, éditions de l’EHESS, « Raisons Pratiques ».
  • Tronto, J., 2009, Un monde vulnérable, pour une politique du care, Paris, La Découverte.
  • Gilligan, C., 2008, Une voix différente. Pour une éthique du care, 2ème édition, Flammarion.
  • Garrau, M. et Le Goff, A., 2010, Care, justice et dépendance: introduction aux théories du care, Paris, PUF.
  • Glenn, E. N., 2010, Forced to Care: Coercion and Caregiving in America, Harvard University Press.
  • Tronto, J. C., « The “Nanny” Question in Feminism », Hypatia 17:2.