Archives du mot-clé hégémonie

Impérialismes : approches marxistes. Colloque international

8 et 9 janvier 2016, Maison de la recherche de Paris-Sorbonne (28 rue Serpente, 75006 Paris, métro Odéon), Amphi 035 (rez-de-chaussée).


Ce colloque international se propose de réfléchir à l’actualité du concept d’impérialisme pour comprendre le monde contemporain. Le « nouvel ordre mondial » apparu lors de la chute du mur de Berlin, loin de constituer l’espace global pacifié annoncé par ses promoteurs, a au contraire vu la multiplication des interventions impérialistes, et la montée des tensions entre grandes puissances : au Moyen-Orient, en Ukraine, dans le Sahel ou en mer de Chine. Dans les recherches, nombreuses, concernant l’impérialisme aujourd’hui, des thématiques nouvelles sont développées : par exemple la dimension écologique de l’impérialisme, l’Union européenne comme entité néo-impériale, ou le lien entre colonialisme et production des savoirs. Le marxisme classique et contemporain, de Marx lui-même à David Harvey, a produit l’un des corpus de théories de l’impérialisme les plus riches existant à ce jour. Revisiter ce corpus à la lumière des problématiques actuelles est un moyen de renouveler les approches de l’impérialisme.

Vendredi 8 janvier 2016, 9h30- 13h

  • Leo Panitch, York University : The Political Economy of American Empire
  • Aurélie Trouvé, AgroParisTech : Les formes de domination dans les politiques et le commerce agricoles à l’échelle internationale
  • Paul Guillibert, Université Nanterre Paris Ouest : La nature de l’impérialisme : une écologie de la dépossession

Vendredi 8 janvier, 14h30 -18h

  • Emmanuelle Sibeud, Université Paris 8 – Vincennes Saint Denis : Sciences et empires. Comment décoloniser les savoirs sur l’Afrique?
  • Jean Batou, Université de Lausanne : Continuités et discontinuités de l’impérialisme russe, 1914-2014
  • Fabien Escalona, Sciences Po Grenoble : Les sociaux-démocrates face à l’impérialisme

Samedi 9 janvier 2016, 14h30-18h

    • Gilbert Achcar, School of Oriental and African Studies (SOAS), Université de Londres : D’un déclin à l’autre? L’hégémonie politico-militaire des États-Unis et son avenir
    • Claude Serfati, Université Versailles Saint-Quentin, Actualité de l’impérialisme : le cas de la France
    • Costas Lapavitsas, School of Oriental and African Studies (SOAS), Université de Londres : Hierarchy and Power in the European Union

Organisation : Marxismes au XXIe siècle, en partenariat avec Espaces  Marx, Fondation Gabriel Péri, revue Actuel Marx, revue Contretemps, Centre d’Économie Paris Nord, (CNRS/Université Paris 13), Institut d’études politiques, historiques et internationales de l’Université de Lausanne.

Entrée libre, inscription obligatoire à l’adresse : razmig.keucheyan’@’paris-sorbonne.fr

Une crise d’hégémonie ? Gramsci et la crise du capitalisme.

Razmig Keucheyan, MCF en sociologie, université Paris-Sorbonne (Paris IV).

Les Cahiers de prison d’Antonio Gramsci contiennent des passages d’une grande actualité consacrés aux crises du capitalisme. Dans les sociétés modernes, les crises économiques ont rarement des effets politiques immédiats. Elles sont le plus souvent amorties par ce que Gramsci appelle les « tranchées » et « fortifications » de la société civile et de l’Etat. Entre les structures et les superstructures se trouve un ensemble de médiations, qui les conduisent à former un « bloc historique », et qui empêchent qu’un effondrement de l’économie se traduise par un effondrement correspondant du système politique. C’est seulement lorsque les crises deviennent « organiques », c’est-à-dire qu’elles se transforment en crises du bloc historique lui-même, qu’elles contaminent toutes les sphères sociales : économie, politique, culture, morale, sexualité… Gramsci qualifie ces crises de « crise d’hégémonie » ou de « crise de l’Etat dans son ensemble ». Elles se caractérisent notamment par leur longue durée, et par le fait qu’aucune des classes antagonistes ne dispose d’assez de réserves matérielles et symboliques pour imposer aux autres une nouvelle hégémonie. S’ensuit un « équilibre catastrophique des forces », dont le césarisme – par exemple fasciste – est l’une des issues possibles. La crise économique déclenchée en 2008 par l’effondrement des marchés financiers a-t-elle donné lieu à une crise d’hégémonie au sens de Gramsci ?

L’enregistrement audio de la séance :


Texte support :

Bibliographie

  • Anderson, P., 1978, Sur Gramsci, Paris, Maspero.
  • Buci-Glucksman, C., 1975, Gramsci et l’Etat. Pour une théorie matérialiste de la philosophie, Paris, Fayard.
  • Gramsci, A., 2012, Une anthologie des Cahiers de prison, sélection et présentation par R. Keucheyan, Paris, la Fabrique.
  • Piotte, J.-M., 2010, La pensée politique de Gramsci, Montréal, Lux.
  • Thomas P., 2009, The Gramscian Moment. Philosophy, Hegemony and Marxism, Leiden, Brill.
  • Tosel, A., 2009, Le marxisme du 20e siècle, Paris, Syllepse.