Archives du mot-clé Butler

Qu’est-ce que la critique ?

Grégoire Chamayou, CR en philosophie (CNRS et ENS Lyon / CERPHI).

Trivialement, faire une critique, c’est formuler un jugement négatif, expliquer un avis divergent, dire pourquoi l’on n’est pas d’accord. Au sens le plus immédiat, les pensées critiques, ce sont celles qui, d’une manière ou d’une autre, se montrent contestataires de l’ordre existant.

Mais, au-delà de l’étiquette, il n’est pas sûr que l’on dispose aujourd’hui d’un concept commun de ce en quoi la « critique » en question pourrait consister. A y regarder de plus près, il apparaît même que ce vocable recouvre des démarches que presque tout oppose au plan épistémologique. Alors que par exemple, pour certains courants issus de l’Ecole de Francfort, la théorie critique débouche sur la tâche de reconstruire de grands édifices moraux normatifs, Judith Butler insiste au contraire, dans le sillage de Foucault, sur la suspension des catégories du jugement comme condition même du maintien d’une attitude authentiquement critique. La critique semble alors prise dans une alternative quant à sa méthode et à son devenir : soit d’être réduite au statut de moment négatif, nécessaire mais transitoire, précédant la refondation d’une doctrine positive, soit d’être conservée, mais sous la simple forme d’une attitude ou d’une exigence subjective.

Il y a cependant, dans la longue histoire du concept de critique, une autre voie, esquissée par Marx, qui évite ce double écueil : la critique ni comme étape vers la refondation d’une doctrine morale, ni comme forme inquiète de subjectivité, mais comme médiation stratégique entre travail théorique et lutte politique. Pour saisir l’originalité de cette redéfinition, toujours actuelle, de la critique, il faut revenir sur le déplacement que Marx a fait subir à cette notion, en replaçant celle-ci dans son histoire philosophique.

Enregistrement audio de la séance :

Texte support

Bibliographie indicative

  • Foucault, M., 1990 [1978], « Qu’est-ce que la critique ? », Bulletin de la Société Française de Philosophie, vol. 84, n°2, p. 35-63.
  • Kant, E., [1787], Critique de la raison pure, Préface à la seconde édition.
  • Marmontel, J.-F., Article « Critique » de l’Encyclopédie.
  • Marx, K., 1843, Lettres à Arnold Ruge (mars, mai et septembre 1843) ; Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel, Introduction.

Le genre et les sexualités à l’épreuve de la performativité.

Fanny Gallot, doctorante en histoire (Lyon 2 / Larhra) et ATER (Lyon 1) et Pauline Delage, doctorante en sociologie (EHESS / Iris).

Les mouvements féministes et de libération des années 1970 ont permis de penser le genre, le sexe et les sexualités comme des construits sociaux, mais depuis lors les processus de construction et les liens entre eux ont été l’objet d’intenses débats. En 1990, dans Trouble dans le genre, Judith Butler propose d’utiliser le concept de performativité, issu des travaux de J. L. Austin (Quand dire c’est faire, 1970), pour montrer que c’est grâce à la réitération quotidienne d’actes et de discours que le genre se réaliserait. La diffusion de ce concept est tardive en France mais sa réception a des implications académiques et politiques, dans les façons de penser l’émancipation du genre et des sexualités.

Cette séance propose une analyse de la proposition de Butler en demandant : Comment la performativité peut-elle renforcer notre capacité d’agir ? Des critiques ont mis en avant le fait qu’elle se situait seulement dans le discours, faisant fi des conditions matérielles d’existence. Comment ce concept peut-il articuler l’émancipation individuelle et collective ?

Enregistrement audio de la séance :

Plan

  • Introduction
  1. Sexe, genre et sexualités : quels rapports ?
    1. Le sexe précède le genre
    2. Le genre précède le sexe
  2.  Comment le sexe et le genre se produisent-ils ?
    1. La norme produit les corps
    2. La réiteration des normes et la production du sujet
    3. Le pouvoir agit en tant que discours
    4. La performance et la performativité
  3.  Subversion et capacité d’agir : quelle pensée politique ?
    1. L’« échec constitutif du performatif » ou penser la subversion
    2. Critique de la performativité
  •  Conclusion

Textes supports

Bibliographie

  • Achin, Catherine, et Delphine Naudier. « Trajectoires de femmes “ordinaires” dans les années 1970. » Sociologie 1, no. 1 (2010): 77.
  • Austin, John Langshaw. Quand dire, c’est faire. Traduit par Gilles Lane. Points 235. Paris: Éd. du Seuil, 1991.
  • Butler, Judith, Éric Fassin, et Joan Wallach Scott. « Pour ne pas en finir avec le “genre”…Table ronde ». Sociétés & Représentations 24, no. 2 (2007): 285.
  • Butler, Judith. Ces corps qui comptent: de la matérialité et des limites discursives du sexe. Traduit par Charlotte Nordmann. 1 vol. Paris: Éd. Amsterdam, 2009.
  • Butler, Judith. Défaire le genre. Traduit par Maxime Cervulle. 1 vol. Paris: Éd. Amsterdam, 2006.
  • Butler, Judith. Humain, inhumain: le travail critique des normes entretiens. Traduit par Jérôme Vidal et Christine Vivier. Paris: Éd. Amsterdam, 2005.
  • Butler Judith. Le pouvoir des mots: discours de haine et politique du performatif. Traduit par Charlotte Nordmann. 1 vol. Nouvelle éd. Paris: Éd. Amsterdam, 2008
  • Butler Judith. Trouble dans le genre: pour un féminisme de la subversion. Traduit par Cynthia Kraus. 1 vol. Paris: Éd. la Découverte, 2005.
  • Delphy, Christine. L’ennemi principal, 2: Penser le genre. Nouvelles questions féministes. Paris: Éd. Syllepse, 2001.
  • Denis, Jérome, “Les nouveaux visages de la performativité”, Études de communication n°29, 2006: 7-24.
  • Dorlin, Elsa. Sexe, genre et sexualités: introduction à la théorie féministe. 1 vol. Philosophies. Paris: Presses universitaires de France, 2008.
  •  Dorlin, Elsa, «’Performe ton genre, performe ta race !’. Re-penser l’articulation du sexisme et du racisme à l’ère de la postcolonie », janvier 2007
  •  Duranti, Alessandro, éd. Key terms in language and culture. Malden (Mass.): Blackwell, 2001.
  •  Fausto-Sterling, Anne. Sexing the Body: Gender Politics and the Construction of Sexuality. Basic Books, 2000.
  •  Goffman, Erving. L’ arrangement des sexes. Édité par Claude Zaidman. Traduit par Hervé Maury. Le genre du monde. Paris: La Dispute, 2002.
  •  Kian Azadeh, « Erving Goffman : de la production sociale du genre à l’objectivation sociale des différences biologiques » in Sous les sciences sociales, le genre: relectures critiques, de Max Weber à Bruno Latour. 1 vol. Paris: la Découverte, 2010.
  •  Laqueur, Thomas Walter. La fabrique du sexe: essai sur le corps et le genre en Occident. Traduit par Michel Gautier. NRF essais. Paris: Gallimard, 1992.
  •  Mahmood, Saba. Politique de la piété: le féminisme à l’épreuve du renouveau islamique. Traduit par Nadia Marzouki. 1 vol. Textes à l’appui. Paris: Éd. la Découverte, 2009.
  •  Mahmood, Saba, « Capacité d’agir, performativité et sujet féministe », in Penser à gauche: figures de la pensée critique aujourd’hui. 1 vol. Paris: Éd. Amsterdam, 2011.
  • De Verdalle, Laure et Revillard, Anne. «  »Faire » le genre, la race et la classe ». Terrains & travaux n° 10, no. 1 (mars 1, 2006): 91–102.
  •  Vidal, Jérôme. « À propos du féminisme ». Mouvements 47-48, no. 5 (2006): 229.