Archives pour la catégorie Séances

Résumés, fichiers audio et documents des séances

Le capitalisme est-il devenu virtuel ? La substance du contenant et l’obsolescence de la marchandise

Sébastien Chauvin et Olga Sezneva, sociologues, University of Amsterdam, ARCGS.

9 avril : « Le capitalisme est-il devenu virtuel  ? La substance du contenant et l’obsolescence de la marchandise ».

Texte support : https://drive.google.com/file/d/0B9diaaRa3_Jadjl2eG55YWszbWM/edit?usp=sharing

Enregistrement audio de la séance :

Une histoire politique de l’anthropocène Attention ! La séance aura lieu salle 15 au bat. Le France de l’EHESS 190 avenue de France Paris 13

Jean-Baptiste Fressoz (historien, Imperial College, CHSTM).

Mardi 25 mars : « Une histoire politique de l’anthropocène ».  La séance aura lieu salle 15 au bat. Le France de l’EHESS 190 avenue de France Paris 13

Textes supports :

Approches sociologiques de la pensée politique. Une enquête sur la réception française des théories anglo-étasuniennes de la justice sociale (1971-2011)

Mathieu Hauchecorne, politiste, Paris 8.

Séance du 12 mars 2014.

Texte support :

Séance introductive « La critique est-elle devenue consensuelle ? »

Séverine Chauvel, Fanny Gallot et Razmig Keucheyan, pour le collectif des organisateur-trices du séminaire.

Séance introductive du 5 mars : « La critique est-elle devenue consensuelle ? »

Textes supports :

Enregistrement audio de la séance : 

Bibliographie et graphique

Le care comme point de vue, une perspective critique sur les rapports de domination.

Wassim El Golli, doctorant en sociologie (EHESS / Iris) et Delphine Moreau, doctorante (EHESS / GSPM).

Le mot care, traduit en français généralement par soin, attention, sollicitude, «concernement», est apparu dans le sillage de la deuxième vague du féminisme américain, à partir des travaux de la psychologue Carol Gilligan. La «voix différente» qu’elle développe est alors comprise comme la mise en question d’une éthique dominante qui se définit en termes de justice et d’universalisme, en faveur d’une éthique du care qui réhabilite l’attention portée à autrui et un certain raisonnement moral contextualisé et articulé à l’affect et non pas « émancipé » de lui.

Les théories du care portent sur la manière dont certains prennent soin d’autres et se soucient de leurs besoins, sur la dimension morale de ces tâches et sur le caractère injuste de leur distribution. Elles entendent tout à la fois mettre en lumière et réévaluer toute une série d’activités humaines ignorées, sous-estimées voire méprisées parce que privées, intimes, quotidiennes, banales, sans importance ou encore « sales »: soins aux enfants, aux malades, aux personnes dépendantes, mais aussi ménage, traitement des déchets – toutes activités nécessaires pour rendre notre monde vivable.

Prises en considération, ces activités se révèlent centrales et il apparaît que leur invisibilité, leur « discrétion », est aussi assignée à ceux, et souvent celles, femmes, étrangères, travailleurs des classes pauvres, qui les effectuent.

Cette séance sera plus précisément consacrée à une réflexion sur la force critique de la perspective du care et une discussion sur ses limites : en quoi permet-elle de renouveler tant l’analyse des relations sociales (et notamment la division sociale du travail) que la réflexion sur la justice ? De quelle dimension politique cet intérêt pour le souci et les activités de soin est-il porteur ?

Enregistrement audio de la séance :

Texte support

  • Nakano Glenn, E., 2009, « Le travail forcé : citoyenneté, obligation statutaire et assignation des femmes au care » , in Molinier P., Laugier S., Paperman P., Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Paris, « Petite Bibliothèque Payot », p.113-131.
  • Nakano Glenn, E., 2000, « Creating A Caring Society » , in Contemporary Sociology, Vol. 29, No. 1, « Utopian Visions: Engaged Sociologies for the 21st Century » , Jan., p. 84-94.

Bibliographie

  • Paperman, P., Laugier, S. (dir.), 2005, Le souci des autres. Éthique et politique du care, éditions de l’EHESS, « Raisons Pratiques ».
  • Tronto, J., 2009, Un monde vulnérable, pour une politique du care, Paris, La Découverte.
  • Gilligan, C., 2008, Une voix différente. Pour une éthique du care, 2ème édition, Flammarion.
  • Garrau, M. et Le Goff, A., 2010, Care, justice et dépendance: introduction aux théories du care, Paris, PUF.
  • Glenn, E. N., 2010, Forced to Care: Coercion and Caregiving in America, Harvard University Press.
  • Tronto, J. C., « The “Nanny” Question in Feminism », Hypatia 17:2.

Pour une histoire politique du climat.

Fabien Locher, CR en  histoire (CNRS / CRH).

(Exceptionnellement en salle 11)

La question climatique est l’un des grands enjeux de notre temps. Le changement climatique global (CCG) suscite une redéfinition des agendas politiques et diplomatiques, une réorganisation des champs de savoir, l’essor de nouveaux mouvements sociaux et culturels. Il est aussi un formidable espace d’opportunité pour le capitalisme industriel et financier : marchés carbone, rhétorique du « capitalisme vert », projets de géo-ingénierie.

Cette intervention cherchera à montrer en quoi une approche historique des questions climatiques — au-delà du seul CCG — peut constituer un puissant outil d’analyse critique, au moins à deux niveaux.

En partant d’une discussion des thèses influentes de Chakrabarty(09), nous explorerons tout d’abord l’histoire longue de la catégorie de climat, pour montrer qu’elle a été depuis le XVIIIe siècle le creuset d’une perception aigue des conséquences de l’agir humain sur l’environnement. Cela nous permettra de montrer que les dégradations environnementales des 250 dernières années n’ont pas été le fait de sociétés anesthésiées par leur foi dans le progrès mais le produit de batailles sans cesse rejouées entre acteurs économiques, pouvoirs politiques, experts et populations. Nous verrons aussi comment le climat a constitué, sur les terrains métropolitains et coloniaux, une catégorie importante du gouvernement des hommes et des choses. En déployant cette histoire longue du climat, nous nous interrogerons sur la tendance actuelle à naturaliser cette catégorie (y compris chez des auteurs comme Chakrabarty), un geste théorique dont les bénéfices mais aussi le coût politique nous semblent à discuter.

Puis nous nous déplacerons vers la période contemporaine, pour analyser des aspects touchant plus directement au CCG. Nous analyserons l’émergence de son diagnostic en lien avec le contexte — déterminant — de la Guerre froide. Grâce notamment à des travaux issus des sciences studies, nous chercherons ensuite à explorer deux dimensions particulières de la question.

Les modèles et les simulations sont au cœur même du diagnostic et des négociations sur le CCG : que trouve-t-on dans ces boites noires ? Que peut-on dire des choix socio-politiques qui s’y trouvent encodés ? Qu’est-ce que l’histoire de ces pratiques de simulation peut nous apporter pour penser le présent ?

Enfin nous nous arrêterons, pour conclure, sur l’émergence d’une nouvelle classe de « solutions » au CCG : la géo-ingénierie planétaire promue aujourd’hui par un groupe d’acteurs influents issus de la communauté scientifique, du monde économico-philanthropique, de la technostructure fédérale étasunienne.

Enregistrement audio de la séance :

Texte support

Bibliographie

  • Dahan, A. (dir.), Les modèles du futur. Changement climatique et scénarios économiques : enjeux scientifiques et politiques, Paris, La Découverte, 2007.
  • Davis, K. D., 2007, Resurrecting the Granary of Rome: Environmental History and French Colonial Expansion in North Africa, Athens Ohio, Ohio University Press.
  • Fleming , J., 2010, Fixing the Sky: The Checkered History of Weather and Climate Control , New York, Columbia University, 2010.
  • Fressoz J.-B. & Locher F., 2012, « The Frail Climate of Modernity. A Climate History of Environmental Reflexivity », à paraître dans Critical Inquiry, (réponse à Chakrabarty(09).
  • Grove, R., 1996, Green Imperialism: Colonial Expansion, Tropical Islands Edens and the Origins of Environmentalism, 1600-1860, Cambridge, Cambridge University Press.

Division du travail et hiérarchie.

Philippe Légé, MCF en économie (Université de Picardie).

Pourquoi certains décident tandis que d’autres obéissent ? Cette question peut prendre deux significations distinctes selon l’échelle à laquelle on la pose. Au niveau d’une entreprise, elle revient à s’interroger sur le rôle des directeurs, gérants, surveillants, inspecteurs et contremaîtres dans la mobilisation de la force de travail. Au niveau de la société, elle renvoie à la genèse même de la division de la société en classes. De Smith à Marx en passant par Babbage, l’économie politique classique s’est souvent penchée sur la première question, et parfois même sur la seconde. Au 20ème siècle, la théorie économique dominante les a pourtant exclues de son analyse. A partir d’études de cas et de nouvelles connaissances historiques sur le développement du capitalisme, quelques courants hétérodoxes ont toutefois replacé la division du travail au centre de leur problématique. Ce fut notamment le cas de la Radical Political Economy, dont l’auteur le plus célèbre demanda simplement en 1974 : « Que font les patrons ? ». La discussion de ce texte de Stephen Marglin permettra de mettre en perspective la réflexion des économistes classiques sur la division du travail et de se demander ce que l’on a appris depuis lors sur les rapports entre hiérarchie, division du travail et techniques de production.

Enregistrement audio de la séance :

Texte support

Bibliographie

  • Babbage, C., 1835, On the Economy of Machinery and Manufactures, London.
  • Braverman, H., 1974, Labor and Monopoly Capital, trad. Travail et capitalisme monopoliste, Maspero, 1976.
  • Marx, K., 1963 [1867], Le Capital, Livre I, Gallimard.
  • Smith A., 1776, An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations, trad. La richesse des nations, Flammarion, 1991.


Qu’est-ce que la critique ?

Grégoire Chamayou, CR en philosophie (CNRS et ENS Lyon / CERPHI).

Trivialement, faire une critique, c’est formuler un jugement négatif, expliquer un avis divergent, dire pourquoi l’on n’est pas d’accord. Au sens le plus immédiat, les pensées critiques, ce sont celles qui, d’une manière ou d’une autre, se montrent contestataires de l’ordre existant.

Mais, au-delà de l’étiquette, il n’est pas sûr que l’on dispose aujourd’hui d’un concept commun de ce en quoi la « critique » en question pourrait consister. A y regarder de plus près, il apparaît même que ce vocable recouvre des démarches que presque tout oppose au plan épistémologique. Alors que par exemple, pour certains courants issus de l’Ecole de Francfort, la théorie critique débouche sur la tâche de reconstruire de grands édifices moraux normatifs, Judith Butler insiste au contraire, dans le sillage de Foucault, sur la suspension des catégories du jugement comme condition même du maintien d’une attitude authentiquement critique. La critique semble alors prise dans une alternative quant à sa méthode et à son devenir : soit d’être réduite au statut de moment négatif, nécessaire mais transitoire, précédant la refondation d’une doctrine positive, soit d’être conservée, mais sous la simple forme d’une attitude ou d’une exigence subjective.

Il y a cependant, dans la longue histoire du concept de critique, une autre voie, esquissée par Marx, qui évite ce double écueil : la critique ni comme étape vers la refondation d’une doctrine morale, ni comme forme inquiète de subjectivité, mais comme médiation stratégique entre travail théorique et lutte politique. Pour saisir l’originalité de cette redéfinition, toujours actuelle, de la critique, il faut revenir sur le déplacement que Marx a fait subir à cette notion, en replaçant celle-ci dans son histoire philosophique.

Enregistrement audio de la séance :

Texte support

Bibliographie indicative

  • Foucault, M., 1990 [1978], « Qu’est-ce que la critique ? », Bulletin de la Société Française de Philosophie, vol. 84, n°2, p. 35-63.
  • Kant, E., [1787], Critique de la raison pure, Préface à la seconde édition.
  • Marmontel, J.-F., Article « Critique » de l’Encyclopédie.
  • Marx, K., 1843, Lettres à Arnold Ruge (mars, mai et septembre 1843) ; Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel, Introduction.

Mobilisations identitaires et luttes de classes. Indianisme et émancipation en Amérique latine.

Franck Gaudichaud, MCF en civilisation hispano-américaine (Grenoble 3) et Hervé Do Alto, doctorant en science politique (Sciences Po Aix) et ATER (Nice).

Le « tournant à gauche » qui caractérise l’Amérique latine au cours des années 2000 laisse entrevoir un étonnant paradoxe : s’il traduit la montée en puissance de mouvements sociaux unis par un commun rejet des politiques néolibérales, il consacre également la relative marginalité de la gauche « traditionnelle » dont le principal référent était le marxisme, au profit de courants s’identifiant plus volontiers à l’indianisme et à la défense des populations autochtones, dites « originaires ». Ce processus d’ethnicisation de la vie politique latino-américaine montre combien la « question indigène » est devenue centrale au sein du camp populaire, au point d’avoir été érigée en enjeu principal des mobilisations sociales en faveur des nouvelles constitutions dites « plurinationales » en Équateur et en Bolivie. Au détriment de la lutte de classes, comme le prétendent certains marxistes ? Ou au risque de remettre en cause les principes républicains des jeunes démocraties du continent, comme l’affirment les intellectuels libéraux ? Ou encore parce que les mouvements identitaires seraient le nouveau moteur de l’histoire de l’Amérique latine démocratique, comme l’affirment les héritiers d’Alain Touraine ? Dans son texte « Indianisme et marxisme, la non-rencontre de deux raisons révolutionnaires » qui traite particulièrement du cas bolivien, le sociologue et vice-président bolivien Álvaro García Linera souligne le potentiel émancipateur de la pensée indianiste, et revient sur les conditions historiques de son émergence, notamment vis-à-vis d’une gauche qui a souvent renoncé à reconnaître tout autre domination que celle liée à la contradiction opposant le capital au travail. La discussion de ce texte permettra donc de s’interroger sur les usages théoriques et pratiques de l’idéologie indianiste dans la conjoncture actuelle, comme sur les difficultés et tensions engendrées par les tentatives d’articulation avec le marxisme dont elle fait – trop rarement – l’objet.

Enregistrement audio de la séance :

Texte support

Bibliographie

  • Do Alto, H., Stefanoni, P., 2008, Nous serons des millions, Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie, Paris, Raisons d’agir.
  • García Linera, A., 2009, La potencia plebeya: acción colectiva e identidades indígenas, obreras y populares en Bolivia (comp. P. Stefanoni), Bogotá, Siglo del Hombre Editores/Clacso.
  • Le Bot, Y., 2009, La grande révolte indienne, Paris, R. Laffont.
  • Mariátegui, J. C., 1968 [1928], Sept essais d’interprétation de la réalité péruvienne, Paris, Maspero.
  • Poupeau F. et Do Alto, H., 2009, « L’indianisme est-il de gauche ? », Civilisations, 58-1, 25,http://civilisations.revues.org/index1971.

David Harvey et « l’accumulation par dépossession ».

Cédric Durand, MCF en économie (CNRS et Paris 13 / CEPN).

D’où vient l’accumulation du capital ? Marx récuse l’idée qu’elle résulterait de préférences pour l’épargne de certains tandis que d’autres auraient choisi de se mettre au service des premiers. Au contraire, l’histoire de l’instauration des rapports de production capitalistes s’inscrit « en lettres de feu et de sang », l’accumulation primitive a nécessité de violentes ruptures extra-économiques.

Ce processus d’accumulation du capital par le biais de moyens extra-économiques est-il un phénomène limité dans le temps ? Ou au contraire, s’agit-il d’un processus qui participe des différentes phases du développement du capitalisme ? A la suite de Rosa Luxemburg (et d’Hannah Arendt), David Harvey montre que l’accumulation par dépossession est un processus continu susceptible prendre le pas sur la « reproduction élargie » lorsque celle-ci s’épuise. Les politiques néolibérales mises en place depuis les années 1980 et, aujourd’hui, les plans d’austérité participent de cette forme d’accumulation. Impliquant une intervention directement politique, celle-ci génère des formes de conflictualité distinctes de celles s’inscrivant dans le cadre du rapport capital/travail sur le lieu de production.

 

L’enregistrement audio de la séance :

http://ia600802.us.archive.org/2/items/ConfrenceCdricDurand/20120509171050.m4a

Texte support :

Bibliographie

  • Glasman, J., 2006, “Primitive Accumulation, Accumulation by Dispossession, Accumulation by Extra-Economic Means,”Progress in Human Geography 30, 5 (October 2006): 608-625.
  • Harvey, D., 2010 [2003], Le nouvel impérialisme, Paris, Les prairies ordinaires.
  • Luxembourg, R., 1913, L’accumulation du Capital, édition électronique, Marxists.org et la Bibliothèque des sciences sociales de l’université de Québec, http://www.marxists.org/francais/luxembur/works/1913/index.htm
  • Marx, K., 1963 [1867], Le Capital, Livre I. Huitième section : “ L’accumulation primitive”, Gallimard, Paris, coll. La Pléiade, (T. 1), p. 1167-1240.
  • O’Connor, J., 1988, Capitalism, Nature, Socialism: A Theoretical Introduction ; CNS 1, Fall.
  • Silver, B., 2003, Forces of Labor : Worker’s Movements and Globalization since 1870, Cambridge University Press, Cambridge.

Le genre et les sexualités à l’épreuve de la performativité.

Fanny Gallot, doctorante en histoire (Lyon 2 / Larhra) et ATER (Lyon 1) et Pauline Delage, doctorante en sociologie (EHESS / Iris).

Les mouvements féministes et de libération des années 1970 ont permis de penser le genre, le sexe et les sexualités comme des construits sociaux, mais depuis lors les processus de construction et les liens entre eux ont été l’objet d’intenses débats. En 1990, dans Trouble dans le genre, Judith Butler propose d’utiliser le concept de performativité, issu des travaux de J. L. Austin (Quand dire c’est faire, 1970), pour montrer que c’est grâce à la réitération quotidienne d’actes et de discours que le genre se réaliserait. La diffusion de ce concept est tardive en France mais sa réception a des implications académiques et politiques, dans les façons de penser l’émancipation du genre et des sexualités.

Cette séance propose une analyse de la proposition de Butler en demandant : Comment la performativité peut-elle renforcer notre capacité d’agir ? Des critiques ont mis en avant le fait qu’elle se situait seulement dans le discours, faisant fi des conditions matérielles d’existence. Comment ce concept peut-il articuler l’émancipation individuelle et collective ?

Enregistrement audio de la séance :

Plan

  • Introduction
  1. Sexe, genre et sexualités : quels rapports ?
    1. Le sexe précède le genre
    2. Le genre précède le sexe
  2.  Comment le sexe et le genre se produisent-ils ?
    1. La norme produit les corps
    2. La réiteration des normes et la production du sujet
    3. Le pouvoir agit en tant que discours
    4. La performance et la performativité
  3.  Subversion et capacité d’agir : quelle pensée politique ?
    1. L’« échec constitutif du performatif » ou penser la subversion
    2. Critique de la performativité
  •  Conclusion

Textes supports

Bibliographie

  • Achin, Catherine, et Delphine Naudier. « Trajectoires de femmes “ordinaires” dans les années 1970. » Sociologie 1, no. 1 (2010): 77.
  • Austin, John Langshaw. Quand dire, c’est faire. Traduit par Gilles Lane. Points 235. Paris: Éd. du Seuil, 1991.
  • Butler, Judith, Éric Fassin, et Joan Wallach Scott. « Pour ne pas en finir avec le “genre”…Table ronde ». Sociétés & Représentations 24, no. 2 (2007): 285.
  • Butler, Judith. Ces corps qui comptent: de la matérialité et des limites discursives du sexe. Traduit par Charlotte Nordmann. 1 vol. Paris: Éd. Amsterdam, 2009.
  • Butler, Judith. Défaire le genre. Traduit par Maxime Cervulle. 1 vol. Paris: Éd. Amsterdam, 2006.
  • Butler, Judith. Humain, inhumain: le travail critique des normes entretiens. Traduit par Jérôme Vidal et Christine Vivier. Paris: Éd. Amsterdam, 2005.
  • Butler Judith. Le pouvoir des mots: discours de haine et politique du performatif. Traduit par Charlotte Nordmann. 1 vol. Nouvelle éd. Paris: Éd. Amsterdam, 2008
  • Butler Judith. Trouble dans le genre: pour un féminisme de la subversion. Traduit par Cynthia Kraus. 1 vol. Paris: Éd. la Découverte, 2005.
  • Delphy, Christine. L’ennemi principal, 2: Penser le genre. Nouvelles questions féministes. Paris: Éd. Syllepse, 2001.
  • Denis, Jérome, “Les nouveaux visages de la performativité”, Études de communication n°29, 2006: 7-24.
  • Dorlin, Elsa. Sexe, genre et sexualités: introduction à la théorie féministe. 1 vol. Philosophies. Paris: Presses universitaires de France, 2008.
  •  Dorlin, Elsa, «’Performe ton genre, performe ta race !’. Re-penser l’articulation du sexisme et du racisme à l’ère de la postcolonie », janvier 2007
  •  Duranti, Alessandro, éd. Key terms in language and culture. Malden (Mass.): Blackwell, 2001.
  •  Fausto-Sterling, Anne. Sexing the Body: Gender Politics and the Construction of Sexuality. Basic Books, 2000.
  •  Goffman, Erving. L’ arrangement des sexes. Édité par Claude Zaidman. Traduit par Hervé Maury. Le genre du monde. Paris: La Dispute, 2002.
  •  Kian Azadeh, « Erving Goffman : de la production sociale du genre à l’objectivation sociale des différences biologiques » in Sous les sciences sociales, le genre: relectures critiques, de Max Weber à Bruno Latour. 1 vol. Paris: la Découverte, 2010.
  •  Laqueur, Thomas Walter. La fabrique du sexe: essai sur le corps et le genre en Occident. Traduit par Michel Gautier. NRF essais. Paris: Gallimard, 1992.
  •  Mahmood, Saba. Politique de la piété: le féminisme à l’épreuve du renouveau islamique. Traduit par Nadia Marzouki. 1 vol. Textes à l’appui. Paris: Éd. la Découverte, 2009.
  •  Mahmood, Saba, « Capacité d’agir, performativité et sujet féministe », in Penser à gauche: figures de la pensée critique aujourd’hui. 1 vol. Paris: Éd. Amsterdam, 2011.
  • De Verdalle, Laure et Revillard, Anne. «  »Faire » le genre, la race et la classe ». Terrains & travaux n° 10, no. 1 (mars 1, 2006): 91–102.
  •  Vidal, Jérôme. « À propos du féminisme ». Mouvements 47-48, no. 5 (2006): 229.

Les effets du « New Public Management » à l’école et l’hôpital.

Nicolas Belorgey CR en sociologie au CNRS (PRISME-GSPE) et Séverine Chauvel, ATER en sociologie (EHESS).

Le recours aux chiffres pour sélectionner mais aussi évaluer les élèves, les enseignants et les établissements se développe dans le domaine éducatif à partir de 1985 avec l’objectif d’amener 80% d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat. A l’hôpital, l’introduction d’indicateurs de temps de passage des patients dans les services d’urgence au cours des années 2000 est l’occasion de saisir les mécanismes qui président au choix et à l’acceptation relative de ce type de quantification managériale. Quels sont les effets dans ces institutions des procédures de management venues de l’entreprise ? Nos deux recherches ethnographiques menées dans des établissements scolaires et hospitaliers mettent au jour des réceptions contrastées des indicateurs d’évaluation de type « New Public Management », en particulier celles des instruments gestionnaires, comme le benchmarking.

Les sens de ces indicateurs qui visent à évaluer le travail des agents institutionnels varient selon leur contexte. Dans la mesure où le recours aux chiffres n’est pas spécifique de la période actuelle, il s’agit d’expliciter le sens politique de leurs usages sociaux.

Texte support

Bibliographie

  • Belorgey, N., 2011, « « Réduire le temps d’attente et de passage aux urgences » : une entreprise de « réforme » d’un service public et ses effets sociaux », Actes de la recherche en sciences sociales, n°189.
  • Bézès, P., 2009, Réinventer l’Etat, Les réformes de l’administration française(1962-2008), PUF.
  • Boltanski, L., 2009, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard.
  • Boltanski, L. et Chiapello E., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.
  • Brown, W., 2007, Les habits neufs de la politique mondiale. Neolibéralisme et Néo-conservatisme, Les prairies ordinaires.
  • Chauvel, S., 2011, « Auto-sélections et orientation en fin de 3», Revue Française de pédagogie, n°175.