Tous les articles par Hugo Harari-Kermadec

PCC au congrès AFEP 2014

Les logiques sociales des politiques d’austérité : légitimation, mises en œuvre et conséquences

Frédéric Lebaron, sociologue, Versailles Saint-Quentin, Printemps.

Séance annulée (initialement prévue le 27 mai) : « Les logiques sociales des politiques d’austérité : légitimation, mises en œuvre et conséquences ».

Texte support :

 

Le travail associatif : analyser le monde associatif… autrement

Maud Simonet et Matthieu Hély, sociologues, Paris Ouest Nanterre La Défense, IDHE.

Séance du 21 mai : « Le travail associatif : analyser le monde associatif… autrement »,

Texte support :

Enregistrement de la séance :

Construction et reproduction d’un point de vue sur le peuple : réflexions à partir de la répression de mouvements populaires parisiens au XVIIIe siècle

Clara Chevalier (historienne,  EHESS, IIAC-TRAM).

7 mai : « Construction et reproduction d’un point de vue sur le peuple : réflexions à partir de la répression de mouvements populaires parisiens au XVIIIe siècle ».

Texte support :

Enregistrement audio de la séance :

Le capitalisme est-il devenu virtuel ? La substance du contenant et l’obsolescence de la marchandise

Sébastien Chauvin et Olga Sezneva, sociologues, University of Amsterdam, ARCGS.

9 avril : « Le capitalisme est-il devenu virtuel  ? La substance du contenant et l’obsolescence de la marchandise ».

Texte support : https://drive.google.com/file/d/0B9diaaRa3_Jadjl2eG55YWszbWM/edit?usp=sharing

Enregistrement audio de la séance :

Une histoire politique de l’anthropocène Attention ! La séance aura lieu salle 15 au bat. Le France de l’EHESS 190 avenue de France Paris 13

Jean-Baptiste Fressoz (historien, Imperial College, CHSTM).

Mardi 25 mars : « Une histoire politique de l’anthropocène ».  La séance aura lieu salle 15 au bat. Le France de l’EHESS 190 avenue de France Paris 13

Textes supports :

Approches sociologiques de la pensée politique. Une enquête sur la réception française des théories anglo-étasuniennes de la justice sociale (1971-2011)

Mathieu Hauchecorne, politiste, Paris 8.

Séance du 12 mars 2014.

Texte support :

Séance introductive « La critique est-elle devenue consensuelle ? »

Séverine Chauvel, Fanny Gallot et Razmig Keucheyan, pour le collectif des organisateur-trices du séminaire.

Séance introductive du 5 mars : « La critique est-elle devenue consensuelle ? »

Textes supports :

Enregistrement audio de la séance : 

Bibliographie et graphique

Programme 2012

Les séances ont lieu le mercredi de 17h à 19h, à l’EHESS, 105 bd Raspail, salle 7.

28 mars : Une crise d’hégémonie ? Gramsci et la crise du capitalisme. Razmig Keucheyan, MCF en sociologie, université Paris-Sorbonne (Paris IV).

4 avril : Le benchmarking et les enjeux politiques de la quantification. Isabelle Bruno, MCF en science politique (Université de Lille 2 / CERAPS) et Hugo Harari-Kermadec, MCF en économie (CNRS et ENS Cachan / IDHE).

11 avril : Les effets du « New Public Management » à l’école et l’hôpital. Nicolas Belorgey CR en sociologie au CNRS (PRISME-GSPE) et Séverine Chauvel, ATER en sociologie (EHESS).

2 mai : Le genre et les sexualités à l’épreuve de la performativité. Fanny Gallot, doctorante en histoire (Lyon 2 / Larhra) et ATER (Lyon 1) et Pauline Delage, doctorante en sociologie (EHESS / Iris).

9 mai : David Harvey et « l’accumulation par dépossession ». Cédric Durand, MCF en économie (CNRS et Paris 13 / CEPN).

16 mai : Mobilisations identitaires et luttes de classes. Indianisme et émancipation en Amérique latine. Franck Gaudichaud, MCF en civilisation hispano-américaine (Grenoble 3) et Hervé Do Alto, doctorant en science politique (Sciences Po Aix) et ATER (Nice).

23 mai : Qu’est-ce que la critique ? Grégoire Chamayou, CR en philosophie (CNRS et ENS Lyon / CERPHI).

30 mai : Division du travail et hiérarchie. Philippe Légé, MCF en économie (Université de Picardie).

6 juin : Pour une histoire politique du climat. Fabien Locher, CR en  histoire (CNRS / CRH).

13 juin : Le care comme point de vue, une perspective critique sur les rapports de domination. Wassim El Golli, doctorant en sociologie (EHESS / Iris) et Delphine Moreau, doctorante (EHESS / GSPM).

20 juin : Autour de « De la critique » Luc Boltanski, DE en sociologie (EHESS / GSPM).

27 juin : La circulation internationale des idées. François Cusset, historien des idées, PU (Université Paris-Ouest). Séance annulée.

Le care comme point de vue, une perspective critique sur les rapports de domination.

Wassim El Golli, doctorant en sociologie (EHESS / Iris) et Delphine Moreau, doctorante (EHESS / GSPM).

Le mot care, traduit en français généralement par soin, attention, sollicitude, «concernement», est apparu dans le sillage de la deuxième vague du féminisme américain, à partir des travaux de la psychologue Carol Gilligan. La «voix différente» qu’elle développe est alors comprise comme la mise en question d’une éthique dominante qui se définit en termes de justice et d’universalisme, en faveur d’une éthique du care qui réhabilite l’attention portée à autrui et un certain raisonnement moral contextualisé et articulé à l’affect et non pas « émancipé » de lui.

Les théories du care portent sur la manière dont certains prennent soin d’autres et se soucient de leurs besoins, sur la dimension morale de ces tâches et sur le caractère injuste de leur distribution. Elles entendent tout à la fois mettre en lumière et réévaluer toute une série d’activités humaines ignorées, sous-estimées voire méprisées parce que privées, intimes, quotidiennes, banales, sans importance ou encore « sales »: soins aux enfants, aux malades, aux personnes dépendantes, mais aussi ménage, traitement des déchets – toutes activités nécessaires pour rendre notre monde vivable.

Prises en considération, ces activités se révèlent centrales et il apparaît que leur invisibilité, leur « discrétion », est aussi assignée à ceux, et souvent celles, femmes, étrangères, travailleurs des classes pauvres, qui les effectuent.

Cette séance sera plus précisément consacrée à une réflexion sur la force critique de la perspective du care et une discussion sur ses limites : en quoi permet-elle de renouveler tant l’analyse des relations sociales (et notamment la division sociale du travail) que la réflexion sur la justice ? De quelle dimension politique cet intérêt pour le souci et les activités de soin est-il porteur ?

Enregistrement audio de la séance :

Texte support

  • Nakano Glenn, E., 2009, « Le travail forcé : citoyenneté, obligation statutaire et assignation des femmes au care » , in Molinier P., Laugier S., Paperman P., Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Paris, « Petite Bibliothèque Payot », p.113-131.
  • Nakano Glenn, E., 2000, « Creating A Caring Society » , in Contemporary Sociology, Vol. 29, No. 1, « Utopian Visions: Engaged Sociologies for the 21st Century » , Jan., p. 84-94.

Bibliographie

  • Paperman, P., Laugier, S. (dir.), 2005, Le souci des autres. Éthique et politique du care, éditions de l’EHESS, « Raisons Pratiques ».
  • Tronto, J., 2009, Un monde vulnérable, pour une politique du care, Paris, La Découverte.
  • Gilligan, C., 2008, Une voix différente. Pour une éthique du care, 2ème édition, Flammarion.
  • Garrau, M. et Le Goff, A., 2010, Care, justice et dépendance: introduction aux théories du care, Paris, PUF.
  • Glenn, E. N., 2010, Forced to Care: Coercion and Caregiving in America, Harvard University Press.
  • Tronto, J. C., « The “Nanny” Question in Feminism », Hypatia 17:2.