Pour une histoire politique du climat.

Fabien Locher, CR en  histoire (CNRS / CRH).

(Exceptionnellement en salle 11)

La question climatique est l’un des grands enjeux de notre temps. Le changement climatique global (CCG) suscite une redéfinition des agendas politiques et diplomatiques, une réorganisation des champs de savoir, l’essor de nouveaux mouvements sociaux et culturels. Il est aussi un formidable espace d’opportunité pour le capitalisme industriel et financier : marchés carbone, rhétorique du « capitalisme vert », projets de géo-ingénierie.

Cette intervention cherchera à montrer en quoi une approche historique des questions climatiques — au-delà du seul CCG — peut constituer un puissant outil d’analyse critique, au moins à deux niveaux.

En partant d’une discussion des thèses influentes de Chakrabarty(09), nous explorerons tout d’abord l’histoire longue de la catégorie de climat, pour montrer qu’elle a été depuis le XVIIIe siècle le creuset d’une perception aigue des conséquences de l’agir humain sur l’environnement. Cela nous permettra de montrer que les dégradations environnementales des 250 dernières années n’ont pas été le fait de sociétés anesthésiées par leur foi dans le progrès mais le produit de batailles sans cesse rejouées entre acteurs économiques, pouvoirs politiques, experts et populations. Nous verrons aussi comment le climat a constitué, sur les terrains métropolitains et coloniaux, une catégorie importante du gouvernement des hommes et des choses. En déployant cette histoire longue du climat, nous nous interrogerons sur la tendance actuelle à naturaliser cette catégorie (y compris chez des auteurs comme Chakrabarty), un geste théorique dont les bénéfices mais aussi le coût politique nous semblent à discuter.

Puis nous nous déplacerons vers la période contemporaine, pour analyser des aspects touchant plus directement au CCG. Nous analyserons l’émergence de son diagnostic en lien avec le contexte — déterminant — de la Guerre froide. Grâce notamment à des travaux issus des sciences studies, nous chercherons ensuite à explorer deux dimensions particulières de la question.

Les modèles et les simulations sont au cœur même du diagnostic et des négociations sur le CCG : que trouve-t-on dans ces boites noires ? Que peut-on dire des choix socio-politiques qui s’y trouvent encodés ? Qu’est-ce que l’histoire de ces pratiques de simulation peut nous apporter pour penser le présent ?

Enfin nous nous arrêterons, pour conclure, sur l’émergence d’une nouvelle classe de « solutions » au CCG : la géo-ingénierie planétaire promue aujourd’hui par un groupe d’acteurs influents issus de la communauté scientifique, du monde économico-philanthropique, de la technostructure fédérale étasunienne.

Enregistrement audio de la séance :

Texte support

Bibliographie

  • Dahan, A. (dir.), Les modèles du futur. Changement climatique et scénarios économiques : enjeux scientifiques et politiques, Paris, La Découverte, 2007.
  • Davis, K. D., 2007, Resurrecting the Granary of Rome: Environmental History and French Colonial Expansion in North Africa, Athens Ohio, Ohio University Press.
  • Fleming , J., 2010, Fixing the Sky: The Checkered History of Weather and Climate Control , New York, Columbia University, 2010.
  • Fressoz J.-B. & Locher F., 2012, « The Frail Climate of Modernity. A Climate History of Environmental Reflexivity », à paraître dans Critical Inquiry, (réponse à Chakrabarty(09).
  • Grove, R., 1996, Green Imperialism: Colonial Expansion, Tropical Islands Edens and the Origins of Environmentalism, 1600-1860, Cambridge, Cambridge University Press.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *